Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS

 

Reconversion

Usine du Creux de l’Enfer – Thiers

Détails:

  • Rue: 85 avenue Joseph Claussat
  • Code Postal: 63300
  • Ville: Thiers
  • Département: 63 - Puy-de-Dôme
  • Région: Auvergne
  • Pays: France
  • Fonction d'origine: Coutellerie
  • Date d'origine: 1836
  • Utilisation actuelle 1: Musée
  • Date de reconversion: 1988
  • Personnes et institutions associées au passé industriel: Charles Pelossieux (architecte) ; Pierre Delaire (architecte)
  • Porteur du projet de reconversion: Ville de Thiers
  • Protection: Édifice non protégé
  • Code INSEE: 63430

Envoyer par mail

favoriteLoadingAjouter aux favoris
Fiche édité par : le 13 juin 2012

Description du passé industriel

Cette usine est connue sous le nom d'usine du Creux de l'Enfer, du nom de l'importante chute d'eau dont elle tire son énergie motrice. L'usine est mentionnée comme martinet en 1836, appartenant à Charles Pelossieux. Vraisemblablement dans les années 1880, elle est acquise par Pierre Delaire, coutelier de Paris (48 rue de Malte), qui y installe une aiguiserie et des ateliers de façonnage de manches. En 1899, seule subsiste l'activité d'aiguisage. D'après les photographies anciennes, le bâtiment a été reconstruit dans le premier quart du 20e siècle, vraisemblablement suite à un incendie. Dans les années 1920-1930, l'usine abrite l'entreprise Garret, spécialisée dans la forge et le découpage de lames de couteaux.

Notice Mérimée

IA63000479

Description:

Après avoir été désaffecté pendant plusieurs décennies, le site est acquis en 1986 par la Ville de Thiers, qui y aménage un centre d’art contemporain en 1988. Les travaux de restauration et d’aménagement ont été confiés aux architectes Xavier Fabre et Vincent Speller. La municipalité a donc entrepris avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication, de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) Auvergne et du Conseil général du Puy-de-Dôme, de réhabiliter l’usine du Creux de l’Enfer dans la perspective d’en faire un outil de développement culturel vivant. Elle charge les architectes de restaurer et de restructurer le bâtiment en respectant au mieux ses traces d’activité industrielle.

Numéro d'identification de la fiche : N/A

1244 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Reconversion

Usine Meccano – Paris

L'usine fut construite en 1921 et surrélevée d'un étage en 1925 par un architecte d'origine Belge qui importa sur les coteaux de Belleville le style si particul...

13 juin 2012

1373 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Usine de taillanderie (étirage et platinage de faux) Chabanne – Pont-...

Aujourd'hui, il s'agit d'un atelier-musée qui explique les cinq premières opérations de fabrication d'une faux. La barre d'acier de cinq mètres est d'abord coup...

13 juin 2012

1203 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Fonderie Courtot, puis fonderie de la Cie nationale des Radiateurs – ...

Les bâtiments sont alors démolis sauf l'atelier de fonderie de la CNR, transformé en gymnase en 1986. Le restant du site est tenu de 1936 à 1963 par l'Union mét...

13 juin 2012

1337 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.