Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS

 

Reconversion

Usine Baud – Bussières

Détails:

  • Rue: Place Vaucanson
  • Code Postal: 42510
  • Ville: Bussières
  • Département: 42 - Loire
  • Région: Rhône-Alpes
  • Pays: France
  • Fonction d'origine: Tissage
  • Utilisation actuelle 1: Musée
  • Date de reconversion: 1977 - 1998
  • Surface: 560 m²
  • Porteur du projet de reconversion: Commune de Bussières
  • Protection: Édifice non protégé
  • Code INSEE: 42029

Envoyer par mail

favoriteLoadingAjouter aux favoris
Fiche édité par : le 13 juin 2012

Description du passé industriel

Le tissage existe à Bussières depuis le Moyen-Age où l'on tissait du chanvre et du lin pour faire des vêtements. Après la révolte des canuts en 1831, les donneurs d'ordre lyonnais se tournent vers la campagne pour trouver de la main d'œuvre. C'est de cette façon que la soie arrive à Bussières et dans les Montagnes du Matin où il existe déjà un savoir-faire incontestable. Les années 1920 et d'après guerre correspondent à des périodes fastes du tissage de soierie. Dans presque toutes les maisons des métiers battent. De 1894 à 1911, trois usines voient le jour : les mentalités évoluent, la population de Bussières augmente. En 1911, c'est l'arrivée de l'électricité à Bussières et les métiers mécaniques apparaissent et remplacent petit à petit les métiers à bras : le nombre d'usines augmente. À partir de 1960, on va assister à un bouleversement du monde textile : le tissage à domicile disparaît petit à petit, les petits ateliers ont fermé.

Commentaires

Aujourd’hui l’association porteuse du projet regroupe plus de 300 adhérents et 61 bénévoles actifs.

Description:

Pour sauvegarder ce patrimoine, des tisserands ont eu l’idée de créer un musée. Ce projet, difficile à mettre en place, a vu le jour en 1977. Au début, les tisserands présentaient leurs collections au public dans un ancien atelier loué par la commune. La collection se composait alors d’un métier de passementier, d’un métier à bras, d’un bobinoir circulaire et d’une repiqueuse de Dessins Verdol. À cette époque, le musée était ouvert uniquement le deuxième dimanche du mois. Le nombre de visiteurs augmente, la collection s’agrandit, l’ancien atelier devient très vite trop petit. En 1993, la municipalité achète une ancienne usine, l’usine Braud, dans laquelle le musée viendra s’installer en 1998. C’est dans un local de 560 m², après 2 ans de rénovation, que canetière, ourdissoir, métier à bras, métier pick pick, métier éponge ou encore métier velours trouveront leurs places. Aujourd’hui, la collection du musée associatif se compose de milliers de pièces.

Numéro d'identification de la fiche : N/A

1397 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Reconversion

Filature Tiberghien – Tourcoing

Actuellement, les ateliers de fabrication et les deux logements patronaux sont occupés par une école professionnelle, industrielle et commerciale.

13 juin 2012

1317 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

La dynamo/Banlieues Bleues – Pantin

En 1999, le Conseil général se porte acquéreur de l'ancienne friche industrielle Lafaux dans l'idée d'y installer Banlieues Bleues qui manque d'un lieu de vie e...

13 juin 2012

1281 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Filature de coton Motte et Blanchot – Roubaix

Propriété de la société d'économie mixte ''Ville renouvelée'', l'usine a été transformée depuis l'année 2007 en hôtel de musique, une ruche de 200 locaux de rép...

13 juin 2012

1405 vues au total, 1 vues aujourd'hui

Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.