Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS

 

Reconversion

Corderie royale – Rochefort-sur-Mer

Détails:

  • Rue: Rue Jean-Baptiste-Audebert
  • Code Postal: 17300
  • Ville: Rochefort-sur-Mer
  • Département: 17 - Charente-Maritime
  • Région: Poitou-Charentes
  • Pays: France
  • Fonction d'origine: Corderie
  • Date d'origine: 1669
  • Utilisation actuelle 1: Bureaux
  • Utilisation actuelle 2: Bibliothèque
  • Utilisation actuelle 3: Centre culturel
  • Date de reconversion: 1976
  • Personnes et institutions associées au passé industriel: François Blondel (architecte) ; Chevalier de Clervielle (ingénieur des fortifications) ; Louis Le Vau (maître d'œuvre)
  • Porteur du projet de reconversion: Ville de Rochefort-sur-Mer
  • Protection: Classé MH le 10 octobre 1967
  • Code INSEE: 17299

Envoyer par mail

favoriteLoadingAjouter aux favoris
Fiche édité par : le 13 juin 2012

Description du passé industriel

La corderie fut le premier bâtiment de l'arsenal mis en service dès 1670. Elle a été édifiée suivant les plans de l'architecte François Blondel. Le pavillon sud abritait la voilerie, celui du nord le magasin à goudrons, et le pavillon central les étuves et les cuves à goudrons, ainsi que le logement du maître goudronneur. Des contreforts furent adossés à l'élévation ouest vers 1669, en raison sans doute d'un désordre causé par le sous-sol marécageux, qui avait déjà contraint les constructeurs à fonder le bâtiment sur une sorte de radeau de poutres de chêne. Une fontaine est édifiée en 1676 pour amener l'eau nécessaire à la fabrication des câbles. Un corps de bâtiment à deux pavillons, au nord de la corderie, était destiné au logement du maître cordier et aux ouvriers. La fabrication de la corde n'évolua que vers 1820 avec les inventions de l'ingénieur Hubert (chariot monté sur rails, roue de bobinage, machine à filer automatique). La production y était considérable puisqu'elle fournissait la marine royale et les colonies d'Amérique. Le bâtiment fut partiellement reconstruit au début du 19e siècle, avec notamment l'agrandissement des pavillons nord et central. L'activité cessa au début du 20e siècle, et, dès lors, le bâtiment servit de magasins, d'ateliers, puis de musée et d'école pour l'Artillerie navale.

Notice Mérimée

PA00104863

Sources et documentation

ROUILLARD Dominique, Architectures contemporaines et monuments historiques, guide des réalisations en France depuis 1980, Paris, Le Moniteur, 2006, p. 307-308

http://www.corderie-royale.com/

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr

Description:

Depuis l’incendie de 1944, la corderie était abandonnée. Dans les années 1960, un amiral fera travailler ses marins, les élèves et tout son personnel, chaque jeudi à la place du sport, pour débrousailler le site. Au terme de 18 mois de travaux, l’édifice réapparaît et aboutit à son classement. Le bâtiment, de 373 mètres de longueur et les 5 ha de terrains est nettoyé. L’édifice, rachété par l’État en 1972, commence à être rénové à partir de 1976. L’objectif premier était de restaurer le patrimoine bâti de la ville, de permettre à Rochefort de s’ouvrir largement sur les bords de la Charente, afin d’offrir un site exceptionnel pour la détente et les équipements de loisirs. Divers programmes ont trouvé place dans les immenses espaces restaurés : Centre international de la mer en 1985, Ligue pour la protection des oiseaux et le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres, la bibliothèque municipale en 1987, la CCI de Rochefort. La restauration de l’édifice s’est effectuée avec un budget limité, utilisant les techniques et les matériaux les moins onéreux possible, sous réserve que l’apparence extérieure du bâtiment soit identique à l’état d’origine.

Numéro d'identification de la fiche : N/A

1415 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Dans la même catégorie :

Retour à la catégorie

no-image
 

Reconversion

Grands Moulins de Pantin – Pantin

Concours limité d'architectes organisé en août 2001, à l'initiative conjointe du groupe Soufflet et de la municipalité de Pantin, pour envisager la conversion d...

13 juin 2012

1336 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Site Saint-Frères – Flixecourt

Les architectes ont voulu assurer la « prise de site » en proposant une organisation spatiale flexible et évolutive pour accompagner une montée en puissance et ...

13 juin 2012

1204 vues au total, 0 vues aujourd'hui

no-image
 

Reconversion

Forges de Savignac – Savignac-Ledrier

Classée monument historique en 1979, propriété du Conseil général depuis 1990, la forge de Savignac-Lédrier fait l’objet d’un programme de restauration et de mi...

13 juin 2012

1215 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.